Rechercher

Maurice Béjart, Le Maître...


"Les gens ont besoin d'images, ils ont besoin d'émotion, de lyrisme. La danse permet de mélanger un plaisir esthétique, un plaisir dynamique et un plaisir émotionnel. Un minimum d'explications, un minimum d'anecdotes, et un maximum de sensations."

Pour notre body marinière "Maurice", nous avons choisi l'iconique Maurice Béjart comme inspiration.


Le marseillais d'origine est certainement l'un des plus grands chorégraphes du XXème siècle.

Par ses oeuvres, il a révolutionné le monde de la danse classique et contemporaine en mêlant subtilement les univers lyriques, musicaux, théâtraux et chorégraphiques.


C'est à la suite du décès de sa mère, que le jeune garçon décide dès l'âge de 7 ans de prendre des cours de danse pour devenir torero.

Après avoir obtenu sa licence en philosophie, il plaque tout pour se consacrer uniquement à la danse. Il entre à l'Opéra de Marseille, et ensuite à l'Opéra de Paris en 1946, où il sera formé par les plus grands tels que le chorégraphe Roland Petit, les danseuses Yvette Chauviré et Janine Charrat.

Maurice Berger devient Maurice Béjart en hommage à la femme de Molière, Armande Béjart.

Il créé son premier ballet "Symphonie pour un homme seul" en 1955, avec sa première compagnie, Les Ballets de l'Étoile, fondée en 1953.

N'étant pas soutenu par l'État français pour intégrer sa troupe dans un théâtre, il quitte la France pour la Belgique, et y restera durant vingt-sept ans.

Sa plus grande oeuvre, "Le Sacre du Printemps", voit le jour en 1959 au théâtre de la Monnaie, suivit par la création du Ballet du XXème siècle avec lequel il va parcourir le monde et révolutionner la danse moderne.

La même année il monte "Le Boléro" de Maurice Ravel, pièce emblématique de son répertoire.

En 1963, la compagnie fait une tournée en Argentine. Un garçon passe l'audition.

Il est déjà danseur, il vient d'une famille modeste et il n'a pas vingt ans. Mais on le trouve trop jeune.

Il achète un aller simple pour l'Europe et se pointe un matin au bureau du Ballet.

Maurice l'envoie se former dans des seconds rôles. Après lui avoir appris la danse, il lui apprendra l'amour, la vie, les voyages, le sens du divin.

Jorge Donn deviendra alors son interprète de prédilection, coauteur, puisque, selon Béjart, « la chorégraphie se fait à deux comme l'amour ».

En 1964, Paris accueille la troupe avec "La Damnation de Faust" et deux ans plus tard avec "Roméo et Juliette".

En 1967, le Festival d'Avignon s'ouvre à la danse et invite Béjart et son Ballet du xxe siècle à se produire dans la cour d'honneur du palais des Papes.

Ils présentent une pièce majeure de son répertoire : "la Messe pour le temps présent". La pièce est rejouée l'année suivante à Avignon et connaît un énorme succès.

En 1970, il fonde l'École Mudra à Bruxelles afin de dispenser des cours de danse à des jeunes talents. Cet enseignement formera de nombreux danseurs et chorégraphes qui participeront activement à l'essor de la danse contemporaine en Europe.

En 1977, il ouvre l'école Mudra-Afrique à Dakar, en mémoire à son arrière-grand-mère sénégalaise.

Durant les années 1970, Maurice Béjart s'investit dans le répertoire chorégraphique persan. Ses créations vont dès lors être présentées au Festival des arts de Chiraz-Persépolis.

Naissent alors deux créations : "Golestan", (La Roseraie), en 1973, inspiré par le chef d'oeuvre de Saadi, et "Farah", en 1976, en hommage à l'impératrice d'Iran.

Il se rapproche de l'islam chiite à la suite de sa rencontre avec Ostad Elahi et se convertit à cette religion en 1973.

En 1987, au terme d'un conflit avec le directeur de La Monnaie Gerard Mortier, Béjart, en pleine tournée à Léningrad, décide de quitter Bruxelles. La Fondation Philip Morris lui propose de venir s'installer en Suisse, à Lausanne. Béjart dissout le Ballet du xxe siècle et fonde six semaines plus tard une nouvelle compagnie, le Béjart Ballet Lausanne.

En 1988, il est nommé par le Grand Officier de l'Ordre de la Couronne, le roi Baudouin de Belgique qui rend hommage à la réussite belge du créateur.

Un an après le départ de Maurice Béjart et la disparition du Ballet du xxe siècle, l'École Mudra ferme aussi ses portes. Mais en 1992, l'industriel Philippe Braunschweig (fondateur du prix de Lausanne) et la Fondation Philipp-Morris permettent à Béjart de rouvrir à Lausanne l'École-atelier Rudra, qui dispense depuis cette date une formation complète de danseur sur deux années.

Elle est l'une des écoles les plus prestigieuses dans le milieu de la danse classique et contemporaine.


Malade depuis plusieurs années, il est hospitalisé à l'hôpital universitaire de Lausanne, en novembre 2007 pour des affections cardiaques et rénales. Malgré tout, il suit les répétitions de son dernier spectacle "Le tour du monde en 80 minutes", spectacle dont il ne verra pas la première.

Il meurt dans la nuit du 22 novembre 2007, entouré de ses danseurs.

Avant sa mort, Maurice Béjart a créé la Fondation Maurice Béjart, qu'il a instituée héritière par testament de tous ses biens et en particulier des droits d'auteur sur ses œuvres.

"Je crois que l'on meurt toujours à temps...le temps est compté différemment pour chacun, mais on meurt à temps."